jump to example.com
Tours Madame by eklecktic

Marcel Goudeau, slameur d’émotions

LA TOURAINE A DU TALENT !

 Par Sandrine Dartois

A l’âge où certains font des mots croisés dans leur canapé, Marcel Goudeau écume les scènes de Touraine et les rayons des librairies pour apporter de la poésie dans nos vies. Au son de l’accordéon, il scande le quotidien avec justesse et sensibilité, joue avec les mots et jongle avec nos émotions.

 Il commence par avouer avec un large sourire qu’il rencontre quelques problèmes de mémoire. Difficile à croire, quand on voit Marcel Goudeau déclamer une vingtaine de textes pendant une heure sans aucune hésitation. Il faut dire que l’homme est un bosseur : il rabâche une vingtaine de textes matin et soir : « Il y a des moments où c’est difficile de capter l’attention, alors je m’entraîne dans des conditions extrêmes, avec un transistor sur l’oreille pour compliquer l’exercice ! ».

SLAMEUR TOUT TERRAIN

Après une carrière de formateur à l’Afpa, Marcel Goudeau met aujourd’hui la poésie à la portée de tous : dans les rayons des magasins ou sur les aires d’autoroute, dans les bibliothèques ou dans les bars. Sélectionné parmi les « speakers » inspirants des conférences TedX, il a ému le public du Grand Théâtre de Tours en juin dernier, seul sur scène avec ses mots, son intensité et sa présence. On le retrouve aussi en première partie de conférence médicale : il est souvent invité pour apporter un peu de légèreté et aborder des sujets délicats comme le cancer du sein, la maladie d’Alzheimer ou le handicap.

Marcel Goudeau ne cache pas sa fierté : « Je suis surbooké en ce moment ! Des entreprises me sollicitent pour amener de la poésie dans leur entreprise pendant des séminaires ou des réunions du personnel. Alors, j’écris des textes sur mesure ». Même s’il donne l’impression de s’amuser avec la musique des mots, il avoue que « l’écriture est très longue, et qu’il faut beaucoup travailler ».

DES RIMES ET DU RYTHME

Maître de l’octosyllabe (des vers de huit syllabes) et de la rime alternée, Marcel Goudeau s’impose une gymnastique cérébrale : « Les contraintes facilitent la créativité, elles m’obligent à créer des phrases complexes.  Je triture les mots, c’est ce qui donne la richesse du slam. Les rimes font apparaître des idées que je n’avais pas au départ ».

Amoureux des mots, il a commencé par écrire quelques nouvelles et s’est passionné pour ce nouvel art oratoire lors d’une rencontre avec une troupe de slameurs dans un bar près des Halles : « Le format du slam me convient bien : en trois minutes, il faut poser une situation, faire apparaître des personnages, inventer une chute. En tassant les concepts, on va à l’essentiel. J’emmène les auditeurs en voyage, avec gravité ou humour parfois. » Son livre « Mes mots ont la parole » vient d’être réédité en version augmentée par les éditions Corsaire. « Le fait d’être édité, ça donne une crédibilité. Je suis invité à slamer dans les bibliothèques où mon livre figure parmi les lectures conseillées ».

POETE MILITANT

Bien sûr, Marcel tricote le fil de sa vie, raconte des souvenirs d’enfance émouvants…. Mais il pose surtout un regard juste et engagé sur la société.  « J’avais 23 ans en 1968… l’égalité homme–femme, l’homosexualité, le problème des prisons sont des sujets qui me tiennent à cœur.  J’alterne les textes militants, la PMA, les violences faites aux femmes, avec des sujets plus légers, comme la photocopieuse du lycée, les fables revisitées ou le viagra… ».  Marcel Goudeau  s’insurge de l’irrespect, des humiliations, des violences conjugales et  raconte « les Femmes que la Déclaration des Droits de l’Homme a oubliées... »  Avec une sensibilité féminine,  il décrit la rencontre amoureuse, les premiers émois, la vie de couple, le désir d’enfant ou la contraception : « Les femmes sont un de mes sujets de prédilection : elles sont très souvent touchées par mes textes, sans doute parce qu’elles s’y reconnaissent. »

D’un mot à l’autre, Marcel rebondit, captive, et nous entraîne dans la cour du collège Jean Monnet, adopte l’allure et le langage des jeunes : « Oui, c’est mortel, laisse tomber, t’as fait une course de malade, tu les as tous déchirés, t’as explosé le hit-parade ». Dans ses échappées oratoires et ses bouffées de spontanéité, le fringant septuagénaire trouve sa  respiration et insuffle une vraie jeunesse. Une performance !

Sur vos agendas !

  • Mercredi 7 mars à 18h30 à la médiathèque de Genillé
  • Vendredi  9 mars à 19h à la Maison Bégon de BLOIS, dans le cadre de la « Semaine ELLES 2018 » sur le thème des combats des femmes dans le monde.

 

Sur Facebook : https://www.facebook.com/marcelgoudeauslam

«Mes mots ont la parole, le slam qui raconte la vie » – Corsaire Editions

Nouvelle édition augmentée en vente à la Boîte à Livres, 19 rue Nationale à Tours

 

 

 

 

 LE SLAM

Le slam est un art oratoire a cappella, créé à Chicago dans les années 1990 par Marc Smith, qui est apparu ces vingt dernières années en Europe. Littéralement, “slam” signifie “claque”. Souvent identifié comme un mouvement poétique urbain et contemporain, cette poésie orale et publique est une façon pour les jeunes de banlieue qui se sentent délaissés d’exprimer leur mal-être, de surprendre et d’émouvoir l’auditoire. Grand Corps Malade a été l’un des premiers artistes à populariser le slam en France et à le sortir du cadre intimiste des cafés.

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Répondre

68 requêtes. 1,267 secondes.