jump to example.com
Tours Madame by eklecktic

Jekyll Wood : un artiste hors-norme

Par Christian Panvert

Vous vous souvenez peut-être d’une des scènes mythiques du film de science-fiction « Retour vers le futur » de Robert Zemeckis. Lors d’une surprise-partie, le jeune Marty McFly, incarné par Michael J. Fox, remplace au pied levé le chanteur blessé du groupe et interprète le fameux Johnny B. Goode de Chuck Berry avant d’enchaîner avec un titre de Jimi Hendrix et de s’arrêter sur une note aiguë et saturée devant une salle médusée. Cette scène culte a marqué Romain, alias Jekyll Wood, pour toujours. « J’y pense à chaque fois que je fais de la musique. J’avais dix ans quand je l’ai vue ! J’ai dit à mon père : “Je veux une guitare électrique” ». Si ce titre fait désormais partie de son ADN musical, le musicien originaire du Poitou s’est inspiré d’un groupe légendaire pour son nom de scène, les Blues Brothers, et plus précisément du film et de ses interprètes principaux John Belushi et Dan Aykroyd dans les rôles de « Joliet » Jake et Elwood Blues. « J’ai fait un mix et c’est devenu Jekyll Wood ! Un double avec lequel je joue encore aujourd’hui. C’est un personnage de scène ! »
La scène, l’endroit où Romain s’est construit au fil des années en homme-orchestre des temps modernes. Doté d’une super guitare multifonction et de machines, Jekyll Wood nous convie à un voyage aussi bien pop et rock qu’électro entre John Butler, Muse, Charlie Winston, General Elektriks et Keziah Jones. Des titres entêtants taillés pour devenir des tubes à l’instar de Right Here Right Now ou Dance Again. Cet opus très structuré et teinté de groove anglo-saxon est d’une grande cohérence : « J’ai cette culture du concept album qui raconte une histoire, ici autour de la thématique de l’identité. Tout y est décliné, y compris dans les clips et les visuels très urbains ». La dernière chanson Waking Dream, jolie respiration, se termine d’ailleurs sur un arrangement de cordes, comme un générique de fin. Un film avec un seul acteur. Est-ce dur de l’assumer sur scène ? « C’est à la fois difficile, car il faut maîtriser tous les instruments, mais facile, car il n’y a pas de concessions à faire avec les autres musiciens. Mon producteur me permet d’avoir le recul nécessaire ». Et si les machines lâchent en plein concert ? Pas de problème, guitare en main, ce fan de flamenco sait quoi qu’il arrive communier avec son public. « J’aime aussi chanter à l’oreille des gens», confie Romain.

Who You Are (Time Is Out/L’Autre Distribution)
Jekyll Wood, le 20 juillet à Amboise au festival Les Courants.
Tous les concerts : Jekyllwood.com

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Répondre

66 requêtes. 1,100 secondes.