jump to example.com
Tours Madame

Coiffure : 3 noms, 3 styles !

Depuis une trentaine d’années, Tours est devenu le berceau de trois grands noms de la coiffure : Stipa, Carpy et Laurent Voisinet. Même si leurs parcours sont différents, ils partagent tous les trois le même esprit d’entreprise et une réelle passion pour leur métier. Derrière chaque nom, il y a un style, une philosophie d’entreprise et la création de deux collections par an.  Portrait de ces trois magiciens capillaires qui savent nous recoiffer le moral en quelques coups de ciseaux… Parce que nous le valons bien !

 

LAURENT VOISINET :  « Pour réussir dans ce métier, il faut aimer et partager ! »

 Quelques repères

– 1997 : ouverture du 1er salon et lancement des premières collections
– 2000 : devient formateur « coupe et chignon » dans toute la France.
– 2016 : partenaire artistique pour la marque Wella.
– 7 juin 2017 : organisation d’un show événementiel au CCCOD pour les 20 ans

Actuellement  6 salons à Tours, 25 employés

 

Jacquy CARPY :  Je vais bientôt fêter les 40 ans du groupe, et je suis encore plus passionné qu’avant !

 Quelques repères

– 1978 : ouverture du 1er salon
– 1987 : ouverture du centre de formation
– 1991 : affiliation Carpy , 170 salons en France
– 2002 : lancement des franchises Carpy
– 2014 : partenariat exclusif Aveda, 1ère marque botanique
– 2017 : ouverture d’une « maison de beauté » à la ferme de la Liodière
Actuellement 47 salons franchisés dans tout le grand-ouest

 

Grégory et Karine Stipa : Notre méthode de coupe, c’est vraiment l’ADN de la marque !

 Quelques repères
– 1985 : Ouverture du 1er salon et du centre de formation « Creative School »

– 1991 : Création du label Eric Stipa
– 2010 : Karine et Grégory, les enfants d’Eric Stipa, reprennent les rênes de l’entreprise
Actuellement : une centaine de salons labellisés, dont 10 à l’étranger (Belgique, Luxembourg, Pologne, Portugal, Suisse)

 

 

Quel est le secret de votre réussite ?

Laurent Voisinet : Animer, croire en ce que l’on fait, transmettre sa passion et emmener les gens dans son univers. Pour réussir dans ce métier, il faut aimer et partager !

Jacquy Carpy : L’enthousiasme, la détermination et l’amour du métier. Je vais bientôt fêter les 40 ans du groupe, et je suis encore plus passionné qu’avant. Malgré le fait que le milieu de la coiffure soit un peu morose, nous enregistrons une progression à deux chiffres ! Ca signifie que notre offre répond bien aux attentes de nos clients.

Grégory Stipa : La marque a toujours fonctionné grâce à une méthode de coupe, facile à recoiffer soi-même, car les cheveux s’emboitent bien les uns dans les autres. Notre méthode de coupe, c’est vraiment l’ADN de la marque ! La formation continue est également un véritable atout pour la centaine de salons qui nous suivent.

© Laurent Voisinet- Photographe Pascal LATIL – Kalou Studio

Quelles sont les valeurs de votre entreprise ?

Laurent Voisinet : Carole et moi,  nous sommes très attachés à la fidélité aux équipes et aux clientes. On n’est rien tout seuls ! La créativité et le respect sont aussi des valeurs très importantes pour nous. Nous avons une vraie politique de management : nous organisons des événements de cohésion d’équipe pour remercier et récompenser nos collaborateurs : partager ensemble des moments festifs, ça rebooste tout le monde !

Jacquy Carpy : Savoir écouter, comprendre, proposer et reformuler les attentes du client. Aujourd’hui, Je recherche davantage la qualité, y compris dans les relations avec mes collaborateurs. Pour que les clients se sentent bien, il faut que mes collaborateurs soient épanouis ! Nous avons mis en place une méthode participative qui leur permet d’évoluer, de passer de coiffeur à manager. Cela passe aussi par le respect de leur santé grâce à l’utilisation de produits d’origine naturelle.

Grégory Stipa : Notre philosophie, c’est la fidélité envers nos équipes, nos collaborateurs et nos prestataires. Karine et moi, nous sommes des gens simples, on aime se faire plaisir dans notre travail… C’est un vrai luxe !

 

© Carpy

Quelles sont vos dernières innovations ?

Laurent Voisinet : Nous sommes passés aux books numériques, nous sommes très présents sur les réseaux sociaux et nous avons lancé le comptoir à chignon. Notre fille Manon gère toute la partie marketing et le développement du groupe.

Jacquy Carpy :  Il y a bien sûr notre engagement dans une démarche développement durable, grâce à notre partenariat exclusif avec  Aveda, une marque éthique tournée vers le bien-être et la protection de l’environnement. Ensuite, nous avons ouvert une « maison de beauté » à la ferme de la Liodière depuis le 15 juin : c’est le projet de ma fille Laetitia. Il s’agit d’un salon de coiffure dans un lieu atypique, décalé et original… une vraie parenthèse hors du temps, où l’on se sent bien. Nous y proposerons des soins du corps et du visage en 2018.

Grégory Stipa : Depuis 2010, nous développons la digitalisation des salons : nous avons créé une chaîne de télévision interne qui diffuse nos méthodes de coupe, nos shows et les événements du groupe, une webradio, un book tactile renouvelé tous les mois et une carte de fidélité digitale valable dans tous les salons tourangeaux… Nous avons lancé une offre “Look Express” : un coiffage en  15 mn pour 15 euros, parce qu’aujourd’hui, les clients ne recherchent plus un brushing long et sophistiqué. On vient pour se refaire une beauté avant un rendez-vous galant ou un entretien.

 

© Stipa

Comment voyez-vous l’avenir du métier ?

Laurent Voisinet : L’avenir va se jouer sur l’aspect sociétal : ceux qui aiment vraiment ce métier pourront s’épanouir, mais nous avons de plus en plus de mal à trouver des gens qui ont envie de s’investir. Notre métier est fabuleux, mais il demande de l’investissement et de l’écoute.  Les écoles de coiffure ferment car il n’y a plus d’élèves. La coiffure à domicile attire de plus en plus de personnes, séduites par une certaine liberté dans leurs horaires, sans les contraintes d’un salon.

Jacquy Carpy : Nos clients recherchent de plus en plus à être en harmonie avec eux-mêmes. Dans tous les salons Carpy, nous proposons des rituels, des voyages sensoriels avec des massages aux huiles essentielles qui procurent détente et bien-être. Nous aidons nos clients à se sentir mieux avec leur coiffure, avec leur style. Avec Aveda, nous implantons une nouvelle manière de proposer des services uniques… On réinvente le métier, comme en amour !

 

Grégory Stipa : Toute ma stratégie repose sur les moyens de rendre les salons de coiffure accessibles et adaptés aux nouveaux besoins de nos clients.  Cela passera par la possibilité de prendre son rendez-vous par internet 24h/24, 7 jours/7.  Le deuxième axe est de réorganiser les salons de coiffure en développant la partie boutique, avec un large de choix de produits professionnels et des promotions événementielles tous les mois. Le métier est en train de se métamorphoser, il va falloir prendre des virages !

 

Quelles sont les tendances automne-hiver ?

Laurent Voisinet : Dans notre collection « Crush », on revient aux coupes graphiques revisitées, avec des lignes carrées adoucies, des franges, moins de dégradés et plus de rondeurs. Auparavant, il y avait de vraies modes, que tout le monde adoptait. Aujourd’hui, on parle plutôt de tendances que nous adaptons à chaque cliente. C’est un peu comme pour les vêtements, on peut mélanger les styles !

Jacquy Carpy : On retrouve les coupes asymétriques à la Louise Brooks pour les cheveux courts, le style sixties avec une frange pour les cheveux longs. C’est le grand retour du court ! Pour le printemps, nous avons fait un carré adouci avec une coloration de blond lumineuse.

Grégory Stipa : Notre collection « Gipsy by night »  tourne autour des cheveux longs et des effets lumière, et nous avons une collection plus « underground » avec des couleurs pastel.

 

CHEVEUX BLANCS : on ose ou pas ?

 Dans son livre « Une apparition », la journaliste Sophie Fontanel revendique fièrement les cheveux gris qui, selon elle, sont aussi sexy et séduisants qu’une chevelure brune ou blonde. Qu’en pensent nos coiffeurs tourangeaux ?

 

 

Laurent Voisinet : Avec une bonne matière de cheveux, un entretien régulier et un bon look vestimentaire, ça peut être très réussi !

Jacquy Carpy : Cette mode est  sans doute une réaction des femmes aux colorations chimiques qui peuvent avoir, à terme, des effets néfastes sur la santé. De notre côté, nous proposons des produits naturels et des coupes courtes qui subliment les cheveux blancs.

Grégory Stipa : Si la femme se trouve belle avec ses cheveux blancs, c’est le principal !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Répondre

85 requêtes. 1,035 secondes.