jump to example.com
Tours Madame by eklecktic

Catherine Ringer : « Le Printemps de Bourges est un marqueur de l’industrie musicale »

L’interview de Christian Panvert

Catherine Ringer – Photo: Laura Lago©

Le Printemps de Bourges et Catherine Ringer, c’est une belle histoire d’amour. On se souvient d’elle dans les  coulisses avec le Président Mitterrand, puis quelques mois après la mort de Fred Chichin pour honorer un concert des Rita Mitsouko ou encore de ses premières chansons en solo. Elle revient avec les titres de son nouvel album “Chroniques et Fantaisies” et les classiques incontournables des Rita Mitsouko.

Que représente le Printemps de Bourges pour vous ?
C’est comme Les Francofolies, c’est un rendez-vous qui compte énormément, c’est un marqueur de l’industrie musicale. Je regarde attentivement la programmation. Je découvre de nouveaux talents. Si les dates de ma tournée le permettent, j’aime rester un peu et profiter du festival.

Vos enfants y seront aussi avec leur groupe Minuit (Simone Ringer et Raoul Chichin)

Oui, je suis fière d’eux. J’espère qu’ils sont suffisamment armés. Mais ils savent déjà que ce métier est dur. Ça marche, ça marche plus. Quoiqu’il arrive, il faut rester libre. On peut toujours faire de l’artisanat tout en passant par l’industrie.

La salle exulte sur une version jazzy de “Marcia Baila” ou une plus funk de “Andy”. Comment  expliquez-vous la longévité de ces chansons ?
C’est une fierté et une chance d’avoir réussi à faire des chansons qui traversent les années. Je crois que cela est dû à la qualité des compositions.

Nous sommes hors du temps lors de votre concert. Comme dans une bulle ?
Oui, c’est ça ! J’aime traverser les périodes et les endroits. Je suis une artiste éclectique. Attirée tout autant par la musique classique, contemporaine, le rock, les sonorités andalouses que les opéras chinois. La chanson pop permet ces voyages musicaux. Les Beatles le faisaient très bien. Dalida s’inspirait des sonorités italiennes. Et même, Michel Sardou mettait de la cornemuse dans “Les lacs du Connemara”. Dans les moments difficiles, c’est le public qui vous porte. Sans lui, sans sa tendresse, sa bienveillance, ça aurait été très difficile. C’est merveilleux de durer. Je suis veinarde car je me sens utile.

Qu’est-ce être utile ? Aider par exemple, celles et ceux qui ont, comme vous, été confrontés à la mort de l’être aimé ?
Oui par exemple. Dans la chanson “Tristessa” Fred (Chichin) est là. Il aurait été heureux de me voir continuer plutôt que rester inerte, figée dans le passé. Il faut accepter la mort comme on accepte la naissance. Je le chante :  méchamment, le temps nous sépare, mais répare aussi ma vie.

LE PRINTEMPS CÉLÈBRE LES FEMMES
Des centaines d’artistes et des milliers de festivaliers vont se presser à Bourges entre le 24 et le 29 avril. Deux thèmes
serviront de fil conducteur : le futur avec “Rendez Vous Demain !” mais également “Femmes” avec le souhait “d’interroger l’interaction forte qui s’exprime entre la musique et l’expression féminine : ses combats, ses  pressions, ses clichés, ses défis, ses victoires, ses regards sur le monde” précise l’organisation. Catherine Ringer, Véronique Sanson, Raphaële Lannadère, Juliette Armanet, le duo Brigitte, Claire Diterzi ou encore Charlotte Gainsbourg seront quelques-unes des grandes voix qui raviront les spectateurs. La musique urbaine ne sera pas en reste avec Orelsan ou Big Flo & Oli. Au programme aussi : Shaka Ponk, Rag’n’Bone Man, Gauvain Sers ou Mat Bastard… www.printemps-bourges.com

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Répondre

66 requêtes. 2,488 secondes.