jump to example.com
Tours Madame by eklecktic

ANDALOUSIE : envoûtante et festive !

Flamenco en la Taberna El Pasaje

Au sud de l’Espagne, l’Andalousie est un exemple du résultat d’un profond multiculturalisme : peuplée dans l’Antiquité par les Ibères, les Phéniciens, les Carthaginois et les Tartessiens, elle porte également les stigmates des Vandales, des Wisigoths, des Celtes puis des Arabes et des Berbères…. Un melting-pot de civilisations qui se marient aujourd’hui en fabuleuses arabesques.

Des montagnes de la Sierra Nevada aux plages de la Costa del Sol, l’Andalousie se mue en une terre chaleureuse, nonchalante et accueillante. Patrie du flamenco, c’est aussi la région d’origine du cheval de pure race espagnole et l’un des hauts-lieux de la tauromachie. Consacrez quelques jours à chacun des trois joyaux que sont Grenade, Cordoue et Séville, mais n’hésitez pas à prendre les chemins de traverse vers Alméria, Jaen ou Cadiz. L’Andalousie se savoure et se découvre dans l’ombre rafraîchissante des patios, dans les ruelles pittoresques des villages blancs, sur ses plages oubliées ou dans l’effervescence de ses ferias.

 

 MALAGA : «Culturellement intéressante et entourée de beaux atouts»

Malaga  offre  deux forteresses : l’Alcazaba (xie siècle) et Gibralfaro (xive siècle) en souvenir de son passé. C’est une ville vivante, culturellement intéressante, dotée de nombreux musées (comme la Maison-musée de Picasso) et de beaucoup d’hôtels.  Aujourd’hui, Malaga est un important centre économique et culturel, et un nœud de communication important sur la côte méditerranéenne.   N’hésitez pas à louer une calèche pour découvrir au trot des chevaux le quartier de la Caleta, sa plage, ses maisons anciennes et ses jardins, témoins de la splendeur du XIXème siècle.

A voir aux alentours 

  • Antequera et ses trente églises,
  • « El Torcal » et ses paysages inoubliables,
  • Frigiliana, ses fameuses bières artisanales et son vin doux qui rendent plus aisée l’ascension des ruelles pentues et pittoresques du village. ..
  • Ronda: l’un des trésors d’Andalousie, ses maisons en équilibre au bord des gorges profondes, ses ponts, dont le plus haut de tous est une merveille architecturale. Ajoutons l’une des plus anciennes « Plaza de toros » d’Andalousie et son passionnant musée.

CADIZ : Une découverte qui se mérite…

Entourée d’eau sur trois côtés et fermée par des remparts massifs, Cadiz est posée là comme un point final à la route ! Port de pêche et de voyageurs, c’est le point d’embarquement vers les îles Canaries, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Un pont de 3 400 mètres, construit en 1969, enjambe la baie. On y vient voir la cathédrale, célèbre pour son dôme couvert d’azulejos dorés, le château de Santa Catalina, le château de San Sebastián ou l’hôtel de ville entre autres richesses architecturales. Visitez aussi les quartiers de Santa Maria et du Populo, découvrez les places de San Francisco et ses cafés, de Mina et sa végétation exubérante ou encore la très animée Plaza de las Flores avec tous ses fleuristes… N’oubliez pas l’oratoire de la Sainte Grotte (l’Oratorio de la Santa Cueva) et ses sublimes œuvres de Goya.

A voir aux alentours 

  • La fameuse route de « Los pueblos blancos » (route des villages blancs) dont Setenil de las Bodegas. Il est impressionnant de voir ces énormes rochers qui servent de toits aux habitations, comme s’ils étaient prêts à se décrocher pour les écraser ! En réalité, c’est « el río Guadalporcún » qui a creusé cette énorme gorge et les habitants ont utilisé au mieux l’espace naturel offert.

HUELVA : un charme particulier

A 90 kilomètres de Séville, à 50 kilomètres de la frontière du Portugal, au bord de  l’océan Atlantique…. C’est depuis Palos de la Frontera, un village tout proche, que Christophe Colomb embarqua lors de son premier voyage pour ce qu’il pensait être les Indes. De par cette implication dans la découverte des Amériques, la ville entretient une grande sympathie pour ce continent. Le centre historique dévoile un ensemble de rues et ruelles piétonnes animées et colorées où il fait bon flâner à pied. Dans ses environs immédiats, de superbes plages, bien souvent désertes !

A voir aux alentours 

Le Parc de Doñana : l’un des plus grands sites naturels protégés d’Europe ! Les milieux naturels y sont extrêmement variés et l’on peut passer en quelques kilomètres de dunes, tantôt stables, tantôt mobiles, à des marais secs ou humides. Les maquis boisés de chênes-liège ou d’oliviers contrastent également avec les lagunes à faible niveau d’eau. On y rencontre des flamants roses, des aigles impériaux, des caméléons, des cerfs, des daims, des mangoustes et des crabes. C’est également le dernier refuge du félin devenu le plus rare et le plus menacé d’extinction de la planète : le lynx d’Espagne (ou « lynx pardelle » ou « lynx ibérique »).

SEVILLE : Capitale d’Andalousie 

Il faut prendre son temps pour découvrir, écouter, humer et se laisser séduire par la destination, l’accent, le charme et le caractère pétillant des sévillanes. Séville, ce sont des quartiers anciens, nobles, des ruelles, des avenues, sa célèbre Plaza de Espana, des parcs, des jardins, des patios… Des bars, des « tablaos flamencos » (sortes de cabarets où sont données des représentations de flamenco), les fameuses arènes de la Maestranza… Il faut lever les yeux, regarder l’architecture, la Giralda  (ancien minaret de 70 mètres de hauteur, clocher de la cathédrale), visiter l’Alcazar du XIIème siècle, se promener dans l’île de la Cartuja entre deux bras du Guadalquivir où s’est tenue l’Exposition Universelle de 1992, chercher la fraîcheur dans les ruelles du quartier de Santa Cruz, l’ancien quartier juif…  Séville regorge de lieux insolites, comme Metropol Parasol une structure de bois de 150 sur 75 m, créée par l’architecte Jurgen Mayer, surnommée « las Setas de la Encarnación » (les champignons de la place de la Encarnación).

CORDOUE : la ville de la tolérance

Dotée d’un riche patrimoine architectural et culturel tatoué par les présences romaine, arabe et berbère, la ville fut capitale du Califat de Cordoue au Xème siècle. Dans le centre historique de la ville, on  trouve des monuments majeurs tels que le pont romain, la mosquée-cathédrale (Mezquita) construite en 784 sur l’emplacement d’un temple romain puis d’une église wisigothe. L’édifice a compté jusqu’à plus d’un millier de colonnes.  Au XIIIe siècle, une cathédrale fut érigée à l’intérieur en démolissant une partie de la colonnade. Au nord-est de la Mezquita, la Juderia fut le quartier où habitaient les juifs entre le Xème et le XVème siècle. C’est une zone très fréquentée où l’on peut visiter des monuments tels que la Synagogue, le Souk Municipal ou le Musée de Tauromachie, entre autres. À ne pas manquer la Calleja de las Flores (Ruelle des Fleurs), étroite et parsemée de pots de fleurs, spécialement de géraniums.  A voir aussi, l’Alcázar des rois chrétiens ou la Tour de la Calhorra… N’oubliez pas de jouer les curieux et d’admirer les « patios cordobeses » : autant de bijoux frais et chatoyants où le plus souvent seul le bruit des fontaines nargue la sérénité ambiante.

A voir aux  alentours :

  • Almodovar del Rio: Le château imposant se dresse sur la colline au sud de laquelle s’étend le village. L’actuelle bâtisse, construite au XIVè siècle sur les vestiges d’une forteresse musulmane dans un style gothique, est l’une des plus importante d’Andalousie tant par son état de conservation que par sa beauté.

Archivo Fotográfico de Turismo Andaluz. Junta de Andalucía

JAEN : capitale de l’huile d’olive

Installée au pied de la colline Sainte-Catherine (Cerro Santa Catalina), la cité reste très marquée par l’urbanisme médiéval : placettes et ruelles au tracé irrégulier s’adaptent au caractère fortement pentu du site. Dominée par la silhouette de la forteresse médiévale, devenue Parador, les visiteurs se voient offrir une belle promenade pédestre récompensée par un impressionnant panorama sur les champs d’oliviers. Jaen est constituée de paliers successifs, comme autant de quartiers à des altitudes diverses. On ne peut se priver de voir : le Château de Saint Catherine, le musée des arts populaires, les vestiges de la muraille, le château de Otinar et ses trésors archéologiques, la cathédrale Notre-Dame-de-l‘Assomption, le quartier juif et son atmosphère médiévale…

A voir aux alentours 

  • Ubeda: Superbe petite ville qui a connu un développement économique extraordinaire, à la suite de la reconquête de Grenade en 1492. Au xvie siècle, une remarquable série de palais, d’églises et de couvents sont édifiés grâce à des familles puissantes qui rivalisent en magnificence. La ville doit beaucoup aussi à un architecte de tout premier plan, Andrés de Vandelvira. De nombreuses constructions de style Renaissance réparties à travers la ville font de celle-ci un véritable musée d’architecture et lui donnent un cachet qui lui a conféré son inscription au Patrimoine mondial.

GRENADE : « Rien n’est pire que d’être aveugle à Grenade »

Francisco A. de Icaza est l’auteur de cette strophe célèbre : « Dale limosna, mujer, que no hay en la vida nada, como la pena de ser ciego en Granada : Donnez-lui une obole, Madame, car il n’y a pas de pire peine que celle d’être aveugle à Grenade ».

Joyau de l’Andalousie, situé au pied de la Sierra Nevada, au cœur d’une riche plaine maraîchère, elle offre l’avantage de pouvoir skier le matin en saison, et de se baigner l’après-midi. Réputée pour ces constructions à l’architecture médiévale édifiées sous l’occupation mauresque et ses quartiers superbes et typiques, la ville est le résultat des multiples cultures qui l’ont façonnée (peuples Ibères, Carthaginois, Juifs, Romains, Zirides, Almoravides, Almohades, Nasrides.) En 1492, les Rois catholiques conquirent la ville.

Haut-lieu culturel et touristique, Grenade abrite le célèbre Palais de l’Alhambra*, chef-d’œuvre de l’architecture hispano-arabe. Juché sur une colline et construit sur les fondations d’un vaste temple juif, son ensemble fortifié comprend des palais royaux, des patios, des piscines, des bassins, de splendides jardins (Généralife), des fontaines, des vergers… Sublime réalisation architecturale !

Son centre historique est divisé en quatre vieilles villes : l’Albaizín, situé sur la colline du même nom; le Realejo-San Matías, ancien quartier juif médiéval ; le « Sacromonte », qui se trouve au nord de l’Albayzin et qui était au départ le quartier gitan, puis le Centro Sagrario, centre-ville façonné principalement par la période catholique, qui s’étend en dessous de la cathédrale et de la chapelle royale (où reposent les restes des Rois catholiques).

Très animées, les artères disputent leurs pas de porte aux boutiques et aux nombreux bars et terrasses qui accompagnent, gracieusement, les consommations des fameuses tapas (sauf dans les bodegas). Par son histoire, sa gastronomie, ses vins, ses bars, ses boutiques, ses lieux à découvrir, Grenade vaut à elle seule le voyage !

*Les billets d’entrée pour les visites de l’Alhambra doivent être pré-réservés via Internet : www.alhambradegranada.org . Compte tenu du grand nombre de demandes et aux limites établies quant au nombre de visiteurs par jour, il est recommandé d’acheter les billets à l’avance. Attention, pour accéder aux Palais Nasrides, bien se conformer à l’heure indiquée sur votre billet. Si vous ne visitez pas le monument dans l’heure indiquée sur votre billet, vous perdez le droit de visite.

A voir aux alentours :

  • La Sierra Nevada: sa station de ski de Pradollano avec 60 km de pistes, sa route magnifique aux paysages grandioses et le Mulhacen, point culminant de l’Espagne  (3482m) et son voisin le Veleta (3394m) méritent une escapade.

Alcazaba de Almería

ALMERIA : Magnifique métamorphose !

Almería est une ville côtière et portuaire. La ville est célèbre pour l’Alcazaba, le Cargadero de Mineral, la cathédrale et son musée archéologique… En 2005, elle a accueilli les Jeux méditerranéens et à cette occasion, la cité peu prisée du tourisme s’est totalement « relookée » pour devenir l’une des plus agréables destinations andalouses. Son centre-ville riche et très animé regorge de boutiques, de bistrots, de terrasses, de vitrines, de marchés (superbe marché couvert à découvrir pour ses produits de la mer, ses fruits, viandes…) Avenues, rues, ruelles, places et placettes emmènent les visiteurs vers les pépites touristiques de la ville.  L’ouest de la province d’Alméria conserve les stigmates de sa vocation maraîchère, surnommée « garde-manger de l’Europe » grâce à ses cultures sous serres (invernaderos) : un océan de toiles plastique sur 25.000 hectares !

Aux alentours : silence, on tourne !

  • À une trentaine de kilomètres au nord d’Alméria se trouve le désert de Tabernas, qui s’étend sur 280 kilomètres carrés. En raison de ses similitudes avec les déserts de l’ouest américain et de l’Afrique du nord ou les déserts arabes avec leurs paysages lunaires, il sert de décor, depuis les années 1950, pour le tournage de nombreux films qui l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Texas Hollywood est l’un des trois villages de western encore en activité. Les deux autres, Mini Hollywood et Western Leone, ne sont plus utilisés que pour un usage strictement touristique.

 

Les fêtes populaires à ne pas manquer

L’Andalousie est réputée pour ses grandes fêtes qui font partie des traditions locales incontournables. Parmi les fêtes religieuses les plus importantes :

  • – du 25 mars au 1er avril 2018, la Semaine Sainte,  particulièrement fastueuse à Séville et à Malaga,
  • – dimanche 20 mai : le Pèlerinage d’El Rocío rassemble plusieurs centaines de milliers d’andalous.

Les ferias sont des fêtes profanes très courues : chaque ville ou village en organise une à l’occasion des festivités liées au saint patron de la localité. Parmi les plus célèbres :

  • – Du 14 au 21 avril : Feria de Abril à Séville,
  • – Du 5 au 12 mai : Feria del Caballo à Jerez de la Frontera,
  • – Du 19 au 26 mai : Nuestra Señora de la Salud de Cordoue,
  • – Du 26 mai au 3 juin : Feria del Corpus à Grenade

On y va !

– Vol spécial vers Malaga au départ de l’aéroport de Tours le 21 avril : www.topoftravel.fr/

– Vols directs vers Malaga au départ de l’aéroport de Nantes avec Vueling et Ibéria : www.nantes.aeroport.fr

 

Pour en savoir plus : http://www.andalucia.org/fr/

Remerciements à Georges G. Fleurance

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Répondre

72 requêtes. 1,177 secondes.